Comme je l’explique depuis plusieurs mois, des exemples de reconversions positives existent. L’un d’entre eux nous intéresse au plus haut point et je souhaite le mettre en avant, celui de la ville de Nailloux en Haute-Garonne, aux porte du Lauragais. L’installation d’un CPAR à Saint-Lys n’est donc pas une fatalité. C’est pour cette raison que j’ai lancé diverses actions dans le sens 

Issues des « quatre vieilles », les taxes foncières sur les propriétés bâties (TFPB) et non bâties (TFNB) sont des impôts anciens, fondés sur la détention du patrimoine foncier, qui tiennent une place importante dans la fiscalité directe locale. Destinées uniquement au bloc communal depuis 2021, les taxes foncières sont acquittées à la fois par les professionnels et les particuliers.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.

 

EXEMPLES DE Reconversions positives !

De nombreux locaux d'EHPAD laissés vacants ont trouvé une seconde vie tout en restant au service des habitants

Voici une liste non exhaustive de reconversions positives. Uniquement des cas concrets qui valent mieux que de long discours. Et ils sont nombreux un peu partout en France, dans des communes de tailles diverses, d’une métropole comme Nantes à un petit village comme Sainte-Suzanne et ses 1300 habitants, les reconversions “positives” d’anciens EHPAD ne manquent pas et permettent de se rendre compte que de nombreuses solutions existent pour répondre aux attentes et aux besoins des habitants.

Selon les lieux, MSP, maison de santé pluridisciplinaire, résidence sénior, centre d’accueil pour handicapés, pôle social et associatif ou village intergénérationnel, vous constaterez que de nombreuses communes ont préservé l’intérêt général, les services et l’emploi. Chaque cas, tout en étant unique, a ceci en commun avec les autres, qu’il répond à un besoin de la population locale.

"Notre ville de Saint-Lys, dont la population n'a pas été consultée, exprime d'autres attentes et d'autres besoins. Les 3000 m² de l'ancien EHPAD doivent être maintenus au service des saint-lysiens. Les habitants, quelque soit leur âge, rencontrent de plus en plus de problèmes pour se faire soigner et doivent se déplacer de plus en plus loin. La problématique santé mérite à elle seule une remise à plat globale du dossier de "la joie de vivre. Il en va de même sur d'autres sujets."

Jean pierre Michas

Un exemple emblématique, celui de la ville de Nailloux en Haute-Garonne. Un dossier avec beaucoup de points communs avec celui de Saint-Lys. Un dossier qui a vu l’abandon du projet CDC Habitat Adoma au profit d’un centre d’accueil pour handicapés. 

2017, Nailloux (31), 3 500 habitants, l'ancien EHPAD devient un centre d'accueil pour handicapés

Début avril, les travaux de réhabilitation de l’ancienne maison de retraite de la Thésauque à Nailloux ont débuté. Un chantier entièrement financé par le conseil départemental.

Un lieu de vie pour les personnes en situation de handicap. L’ancienne maison de retraite de la Thésauque, située dans le centre de Nailloux, va être transformée en ce sens. Pour ce faire, des travaux de réhabilitation ont commencé depuis le début du mois d’avril.

L’opération est menée par le bailleur social Cité Jardins mais entièrement financée par le conseil départemental de Haute-Garonne. La rénovation va d’ailleurs s’accompagner d’un nouveau nom pour ce bâtiment : L’Isableu. Des changements importants sont à prévoir dans les lieux afin de pouvoir accueillir la nouvelle infrastructure.

2022, Châteaulin, 5 300 habitants, l'ancien EHPAD transformé en résidence sénior

L’ancien Ehpad de la Ville Jouan, désaffecté depuis plus de quatre ans, va connaître une nouvelle vie. Un projet d’environ 60 logements pour seniors devrait y voir le jour.
En novembre 2017, les résidents de l’Ehpad de la Ville Jouan faisaient leur valise pour emménager dans le tout nouveau bâtiment de la Vallée de l’Aulne. Depuis, la Ville Jouan, rocade de Parc Bihan, restait inutilisée. Le 23 décembre 2019, la Ville de Châteaulin a décidé de le racheter afin de mieux maîtriser le foncier à cet endroit et pouvoir y développer plus facilement un nouveau projet.

65 logements prévus

Deux ans plus tard, après plusieurs pistes sur le devenir de l’ancien Ehpad, un projet prometteur se dégage enfin. « L’idée est de créer une soixantaine de logements en location ou achat (appartements T2 et T3) et, sur un terrain de deux parcelles attenantes qui appartient au CCAS, construire cinq petites maisons de ville pour des personnes âgées souhaitant se rapprocher du centre-ville, des services », expose la maire de Châteaulin, Gaëlle Nicolas, lors du conseil municipal de lundi.

La société les Jasmins, qui porte le projet, a contacté la mairie il y a plusieurs mois. Cette structure aura la charge d’entretenir le bâtiment, recruter le personnel adéquat et faire vivre le lieu.

2022, Gradignan, 25 200 habitants, l'ancien EHPAD devient une école maternelle

Les travaux de démolition ont débuté sur le site de l’ancienne maison de retraite longtemps squattée où sera bâtie une nouvelle école dans le cadre de la ZAC pilotée par la Fabrique métropolitaine

En ce début d’année 2022, les projecteurs sont de nouveau braqués sur le site de l’ancienne maison de retraite La Clairière. Il n’est plus question, à présent, des squatteurs qui ont été évacués cet été, mais des premières d’opérations de démolition dans le cadre de la ZAC du centre-ville, dont la Fabrique de Bordeaux Métropole…

2021, Plabennec, 8 500 habitants, l'ancien EHPAD transformé pôle social et associatif

Ce vendredi, les élus ont visité le grand chantier du moment à Plabennec : la réhabilitation totale de l’ancienne maison de retraite en pôle social et associatif de 3 700 m².
C’est dans la partie sociale, dans l’ancien bâtiment B de la maison de retraite, qu’est prévue l’entrée principale de la nouvelle structure. Le visiteur arrivera face à la maison France Service, dont le but est de simplifier la relation des usagers face aux services publics. Tout comme le rez-de-chaussée, le premier étage est organisé en une vingtaine d’espaces et de bureaux, certains modulables. Pourront s’y installer la PMI, la Maison de l’emploi, Amadeus, le secours catholique, Anim’ados, etc. Il n’était pas prévu de travaux au deuxième étage mais c’est actuellement envisagé.

L’autre partie, dite « associative », prévoit également de nombreuses salles, avec des aménagements particuliers pour certaines. Celle du bagad sera insonorisée, celle d’Ar Steredenn comprendra 120 places assises, des boucles magnétiques pour malentendants sont installées dans trois espaces…

2021, Joué sur Erdre, 2500 habitants, l'ancien EHPAD devient une résidence sénior

Rue du Bocage, le bâtiment de l’ancien EHPAD (Etablissement d’Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes), racheté par la commune de Joué-sur-Erdre, a changé de destination.

Les trois niveaux ont été entièrement réhabilités pour donner vie à la résidence séniors Les Glycines. Au rez-de-chaussée, cinq logements locatifs, deux salles destinées aux associations et un local commercial ont été créés. Le 1er étage a laissé place à sept logements locatifs (T1, T2 et T3). Enfin, le 2e étage accueille un pôle médical et paramédical composé de bureaux, de salles de consultations et d’un studio. La COMPA a subventionné les travaux du dernier étage au titre du fonds de concours 2018 à hauteur de 215 000 € sur un montant global de 886 400 € HT. Actuellement, quatre orthophonistes et une hypnothérapeute sont installés, plusieurs bureaux sont encore disponibles. Grâce à ce projet, la commune dispose désormais d’un nouveau lieu de vie au service de ses habitants.

2021, Xertigny, 2600 habitants, l'ancien EHPAD devient un hébergement de groupes et de séniors

Située à proximité du plan d’eau de Xertigny et non loin du centre-ville, cette friche dispose d’un réel potentiel de restructuration au sein du tissu urbain. La commune a profité de cette opportunité pour étudier les possibilités de reconversion de l’EHPAD en vue d’y accueillir des activités en lien avec le développement touristique et l’accueil à la personne.
Concrètement, l’un des trois bâtiments sera démoli pour accueillir au final 2 pôles sur la totalité du site. L’un des bâtiments sera dédié à un centre d’hébergement de groupes (nature, sportifs, étudiants, professionnels en formation…). Un autre sera aménagé pour réaliser des logements pour personnes âgées ou isolées (environ 15 à 20 logements).

2021, Amiens, 139 000 habitants, l'ancien EHPAD devient une résidence étudiante

À Amiens, l’ex-EHPAD Maurice-Fécan transformé en logements étudiants. Le chantier a été lancé au printemps. Vétuste, la maison de retraite est actuellement réhabilitée en résidence étudiante de 48 logements, qui seront gérés à la rentrée 2021 par AMSOM Habitat.

2021, Grand-Champ, 3500 habitants, l'ancien EHPAD devient un village intergénérationnel

À Grand-Champ (Morbihan), vingt-cinq pavillons pour personnes âgées ou handicapées côtoient des associations, clubs, services à la personne, un pôle espoir vélo… Une vraie vie de village qui sera inaugurée par une ministre vendredi 24 septembre 2021.

L’ancien Ehpad de Lanvaux, rue des Hortensias, à Grand-Champ, va devenir un « Village intergénérationnel ». Propriété de Bretagne Sud Habitat (BSH) jusqu’en 2016, le bâtiment a été cédé pour un euro symbolique à la commune qui a choisi de le transformer en un lieu de vie ouvert, tourné vers le social et toutes les générations. Cette nouvelle destination s’articule dans un projet global de quartier comportant un « Village seniors » de 25 pavillons adaptés aux personnes à mobilité réduite, autour d’une place de village. Quinze logements T2 et T3 sont en cours de réalisation, en partenariat avec le bailleur départemental BSH, les dix autres existant déjà. Au sein de la partie conservée de l’ancien Ehpad, la commune va également aménager un foyer pour jeunes travailleurs, avec dix logements réservés aux étudiants, alternants ou apprentis, ainsi qu’un hébergement de groupe d’une capacité de 40 couchages.

2020, Sainte-suzanne, 1300 habitants, l'ancien EHPAD devient une résidence de services

L’ancien Ehpad de Sainte-Suzanne sera transformé en résidence-services. Fermé depuis 2016, l’ancien Ehpad deviendra dans un proche avenir une résidence-services pour seniors.

L’établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) de Sainte-Suzanne-et-Chammes (Mayenne) avait été fermé en 2016, créant un certain désarroi dans la région. Une offre de reprise pour sa réhabilitation redonne espoir aux élus de revoir ce bâtiment en activité.

2020, Réalmont, 3400 ha, l'ancien EHPAD devient des appartements

La société Krysalide envisage, sous condition, d’acquérir l’ancienne maison de retraite (Ehpad : établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) et a déposé un permis de construire. Le plan prévoit 29 logements type T2 ou T3, chacun doté de balcon, terrasse, parking et ascenseur pour les étages. Antérieurement, divers projets avaient suscité commentaires et âpres discussions. En mars 2019, Habitat Humanisme s’était porté acquéreur de cet établissement fermé depuis décembre 2012 pour le transformer en centre d’accueil pour réfugiés du Moyen-Orient. Débattu lors d’une réunion publique houleuse le 15 mars 2019, ce projet avait suscité une levée de boucliers. Des opposants estimaient que le dossier avait été construit à la hâte dans l’opacité. D’autres revenaient sur la genèse de la structure qui portait le nom de René Lencou. Dans un communiqué le maire Henri Viaules signifiait que “la municipalité renonçait au projet.

2020, Romenay, 1800 habitants, l'ancien EHPAD devient un hôtel du travail

Un autre projet, et pas des moindres, serait la réhabilitation de l’ancien Ehpad (Établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) en hôtel du travail. Soit 3 000 m² de surface exploitable. Une idée novatrice qui va demander beaucoup de réflexions pour le mener à bien. L’idée serait de le scinder en trois parties. La première serait aménagée de manière à pouvoir loger des apprentis qui travaillent dans un rayon de 15 à 20 kilomètres ; un deuxième espace serait consacré au télétravail : « Comme la fibre est prévue pour l’an prochain, des bureaux permettraient de travailler sans être isolé. » ; et la troisième partie pourrait être aménagé pour accueillir des start-up.

2019, Nilvange, 4800 habitants, l'ancien EHPAD transformé en studios, appartements et crèches

Le Castel à Nilvange est en plein travaux. L’ancienne maison de retraite va être aménagée en une vingtaine de studios. L’installation d’une micro-crèche y est aussi en projet. Les éléments du bâtiment du XIXe siècle seront conservés.

Le Castel n’est pas resté vide bien longtemps. L’imposante bâtisse de la rue Joffre a hébergé jusqu’en mars 2018 un Ehpad (Établissement pour personnes âgées dépendantes) du groupe SOS. L’an dernier, les soixante résidents ont rejoint des locaux mieux adaptés au Clos Fleuri à Fameck. Mise en vente, la maison du Castel a très rapidement trouvé preneur et les travaux sont d’ores et déjà en cours pour transformer le bâtiment historique en une vingtaine de logements. L’ensemble des chambres et salles de bains existantes seront réhabilitées en studios de 17 à 40 m². Les trois premiers logements tout juste rénovés sont d’ores et déjà loués.

2018, Bénévent-l’Abbaye, 1000 habitants, l'ancien EHPAD devient un restaurant avec des logements

Dan Allen s’est lancé dans un véritable défi : celui de faire revivre l’ancien Ehpad Pélisson-Fontanier et ses quatre étages pour y accueillir touristes et pèlerins.

L’ancien Ehpad Pélisson-Fontanier vient de sortir d’un sommeil de quatre ans au cœur de son arboretum. Ses 5.000 m ² vont s’animer et abriter locaux, touristes et pèlerins. La belle bâtisse plus que centenaire se nomme maintenant « Les Remparts ». Pour l’instant, son nouveau propriétaire, Dan Allen, peaufine la décoration de la grande salle de restaurant qui sera inaugurée vendredi 29 juin, à l’occasion d’un dîner (*) animé par Mesdames Ragot et Potin.

2018, La Motte-Servolex, 11 000 habitants, l'ancien EHPAD transformé en résidence intergénérationnelle

2018, St Martin d'Ardèche, 1000 ha, l'ancien EHPAD transformé en résidence de tourisme et résidence classique

Fermé depuis le 31 décembre 2018, l’ancien Ehpad de Saint-Martin-d’Ardèche pourrait devenir un ensemble de logements. Les promoteurs et l’architecte ont un projet de 49 logements.

Ce projet-là est la bouée de sauvetage de la commune de Saint-Martin-d’Ardèche. Des promoteurs de l’entreprise Proclager, Gérard Enrique et Claude Castaillet, envisagent de réhabiliter l’ancien Ehpad pour le transformer en un ensemble de 49 appartements. « Il y aura 22 T3 qui feront entre 72 et 65 m2 , cinq T2 et 22 studios d’environ 40 m2. Nous souhaitons mixer des résidences principales et des logements de tourisme », explique Ricardo…

2018, La Fouillouse, 4 400 habitants, l'ancien EHPAD transformé en 35 logements locatifs sociaux

En septembre 2015, les résidents de l’Ehpad (établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) Pierre-Meunier, dans le centre-bourg, quittaient les lieux pour leur nouvelle résidence, La Pranière.

Le bailleur social Loire Habitat a lancé, en avril, un grand chantier de 2,5 millions d’euros pour transformer les lieux en une résidence de trente-cinq logements, du T1 au T4. Tous seront adaptables pour les personnes à mobilité réduite et bénéficieront d’espaces privatifs extérieurs : terrasse, balcon ou jardin. Des places de stationnements sont prévues.

2018, Bruges, 18 500 habitants, l'ancien EHPAD transformé en 32 logements sociaux

Depuis le 19 octobre, les résidents ont emménagé dans leur nouveau logement au sein de la résidence Les Jardins d’Aliénor, cet ancien EHPAD transformé en logements sociaux.

En 2018, 1001 Vies Habitat faisait l’acquisition de l’EHPAD de Bruges en vue de sa transformation en 32 logements locatifs sociaux. C’est chose faite ! L’ensemble immobilier a bénéficié d’une complète restructuration pour offrir une offre diversifiée de logements du T1 au T5.

Utiliser l’existant pour diversifier l’offre. La répartition des nouveaux logements a été repensée par le cabinet d’architecte B2d, de façon à répondre à la fois à l’ergonomie des logements mais aussi au système constructif existant. Au premier étage, des balcons ont été rajoutés afin d’offrir aux appartements de grandes typologies, des sorties sur l’extérieur. Les volumes ont aussi retravaillés pour apporter espace et lumière grâce à l’élaboration de loggias et la réalisation de baies complémentaires dans l’esprit de l’existant. Les résidents pourront également profiter des espaces extérieurs entièrement paysagés pour maintenir et conforter l’esprit « cité jardin » du site.

Située rue Conrad Gaussens dans un quartier pavillonnaire, la résidence sera directement reliée au centre-ville par la future ligne de tramway.

2016, Vivonne, 4 500 habitants, l'ancien EHPAD transformé en MSP, Maison de santé pluridisciplinaire

Après plus de trois ans d’ouverture, les professionnels de la santé ont souhaité faire un bilan de fonctionnement de la Maison de santé pluridisciplinaire de Vivonne, située dans l’ancien Ehpad, avec la communauté de communes des Vallées du Clain, propriétaire des locaux et liée par un crédit-bail avec la SCI Santé Viv qui réunit les professionnels de santé.

La Maison de santé pluridisciplinaire (MPS) située à Vivonne est une réussite. Elle compte aujourd’hui plus de 20 praticiens contre 14 à l’ouverture en mars 2015 et plus de 1.000 consultations hebdomadaires (lire encadré). Cette MSP a été réalisée à l’initiative des professionnels de santé de Vivonne réunis au sein de l’association Synergie APDSV.
Aujourd’hui ces professionnels se sont organisés en Société interprofessionnelle de soins ambulatoire (Sisa) dont l’objectif est de mettre à disposition des professionnels de santé un cadre fiscal et social sécurisé et de permettre un regroupement de branches différentes. Ainsi, les deux pharmacies de Vivonne et le cabinet des kinésithérapeutes ont intégré le Sisa. Ce qui permet entre autres d’améliorer le parcours soins des patients, de moderniser les infrastructures.

2016, Carcassonne, 46 000 habitants, l'ancien EHPAD transformé en hôtel 4 étoiles

15 millions d’euros pour transformer l’ancien EHPAD en hôtel 4 étoiles. Jean-Paul Schaeffer, président de Foncière Soleil Invest, a acquis l’ancien établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes pour 3,4 M€. Et veut investir trois fois cette somme pour ouvrir d’ici deux ans un hôtel « de standing ».

Ce mardi, à Carcassonne, Jean-Paul Schaeffer et Alain Guinamant ont officiellement signé la promesse de vente du centre de séjour du Pont-Vieux (CSPV). La suite logique de l’annonce, le 27 mai, par la direction du centre hospitalier de la vente du site, quitté en 2013 pour rallier le nouvel établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) des Rives d’Ode. Le 30 septembre, au plus tard, la société Foncière Soleil Invest versera comptant les 3,4 M€ dus.

Add Your Heading Text Here

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo. 

Add Your Heading Text Here

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam, quis nostrud exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip ex ea commodo consequat. Duis aute irure dolor in reprehenderit in voluptate velit esse cillum dolore eu fugiat nulla pariatur. Excepteur sint occaecat cupidatat non proident, sunt in culpa qui officia deserunt mollit anim id est laborum.

EXEMPLES DE Reconversions positives !

De nombreux locaux d'EHPAD laissés vacants ont trouvé une seconde vie tout en restant au service des habitants

Voici une liste non exhaustive de reconversions positives. Uniquement des cas concrets qui valent mieux que de long discours. Et ils sont nombreux un peu partout en France, dans des communes de tailles diverses, d’une métropole comme Nantes à un petit village comme Sainte-Suzanne et ses 1300 habitants, les reconversions “positives” d’anciens EHPAD ne manquent pas et permettent de se rendre compte que de nombreuses solutions existent pour répondre aux attentes et aux besoins des habitants.

Selon les lieux, MSP, maison de santé pluridisciplinaire, résidence sénior, centre d’accueil pour handicapés, pôle social et associatif ou village intergénérationnel, vous constaterez que de nombreuses communes ont préservé l’intérêt général, les services et l’emploi. Chaque cas, tout en étant unique, a ceci en commun avec les autres, qu’il répond à un besoin de la population locale.

"Notre ville de Saint-Lys, dont la population n'a pas été consultée, exprime d'autres attentes et d'autres besoins. Les 3000 m² de l'ancien EHPAD doivent être maintenus au service des saint-lysiens. Les habitants, quelque soit leur âge, rencontrent de plus en plus de problèmes pour se faire soigner et doivent se déplacer de plus en plus loin. La problématique santé mérite à elle seule une remise à plat globale du dossier de "la joie de vivre. Il en va de même sur d'autres sujets."

Jean pierre Michas

Un exemple emblématique, celui de la ville de Nailloux en Haute-Garonne. Un dossier avec beaucoup de points communs avec celui de Saint-Lys. Un dossier qui a vu l’abandon du projet CDC Habitat Adoma au profit d’un centre d’accueil pour handicapés. 

2017, Nailloux (31), 3 500 habitants, l'ancien EHPAD devient un centre d'accueil pour handicapés

Début avril, les travaux de réhabilitation de l’ancienne maison de retraite de la Thésauque à Nailloux ont débuté. Un chantier entièrement financé par le conseil départemental.

Un lieu de vie pour les personnes en situation de handicap. L’ancienne maison de retraite de la Thésauque, située dans le centre de Nailloux, va être transformée en ce sens. Pour ce faire, des travaux de réhabilitation ont commencé depuis le début du mois d’avril.

L’opération est menée par le bailleur social Cité Jardins mais entièrement financée par le conseil départemental de Haute-Garonne. La rénovation va d’ailleurs s’accompagner d’un nouveau nom pour ce bâtiment : L’Isableu. Des changements importants sont à prévoir dans les lieux afin de pouvoir accueillir la nouvelle infrastructure.

2022, Châteaulin, 5 300 habitants, l'ancien EHPAD transformé en résidence sénior

L’ancien Ehpad de la Ville Jouan, désaffecté depuis plus de quatre ans, va connaître une nouvelle vie. Un projet d’environ 60 logements pour seniors devrait y voir le jour.
En novembre 2017, les résidents de l’Ehpad de la Ville Jouan faisaient leur valise pour emménager dans le tout nouveau bâtiment de la Vallée de l’Aulne. Depuis, la Ville Jouan, rocade de Parc Bihan, restait inutilisée. Le 23 décembre 2019, la Ville de Châteaulin a décidé de le racheter afin de mieux maîtriser le foncier à cet endroit et pouvoir y développer plus facilement un nouveau projet.

65 logements prévus

Deux ans plus tard, après plusieurs pistes sur le devenir de l’ancien Ehpad, un projet prometteur se dégage enfin. « L’idée est de créer une soixantaine de logements en location ou achat (appartements T2 et T3) et, sur un terrain de deux parcelles attenantes qui appartient au CCAS, construire cinq petites maisons de ville pour des personnes âgées souhaitant se rapprocher du centre-ville, des services », expose la maire de Châteaulin, Gaëlle Nicolas, lors du conseil municipal de lundi.

La société les Jasmins, qui porte le projet, a contacté la mairie il y a plusieurs mois. Cette structure aura la charge d’entretenir le bâtiment, recruter le personnel adéquat et faire vivre le lieu.

2022, Gradignan, 25 200 habitants, l'ancien EHPAD devient une école maternelle

Les travaux de démolition ont débuté sur le site de l’ancienne maison de retraite longtemps squattée où sera bâtie une nouvelle école dans le cadre de la ZAC pilotée par la Fabrique métropolitaine

En ce début d’année 2022, les projecteurs sont de nouveau braqués sur le site de l’ancienne maison de retraite La Clairière. Il n’est plus question, à présent, des squatteurs qui ont été évacués cet été, mais des premières d’opérations de démolition dans le cadre de la ZAC du centre-ville, dont la Fabrique de Bordeaux Métropole…

2021, Plabennec, 8 500 habitants, l'ancien EHPAD transformé pôle social et associatif

Ce vendredi, les élus ont visité le grand chantier du moment à Plabennec : la réhabilitation totale de l’ancienne maison de retraite en pôle social et associatif de 3 700 m².
C’est dans la partie sociale, dans l’ancien bâtiment B de la maison de retraite, qu’est prévue l’entrée principale de la nouvelle structure. Le visiteur arrivera face à la maison France Service, dont le but est de simplifier la relation des usagers face aux services publics. Tout comme le rez-de-chaussée, le premier étage est organisé en une vingtaine d’espaces et de bureaux, certains modulables. Pourront s’y installer la PMI, la Maison de l’emploi, Amadeus, le secours catholique, Anim’ados, etc. Il n’était pas prévu de travaux au deuxième étage mais c’est actuellement envisagé.

L’autre partie, dite « associative », prévoit également de nombreuses salles, avec des aménagements particuliers pour certaines. Celle du bagad sera insonorisée, celle d’Ar Steredenn comprendra 120 places assises, des boucles magnétiques pour malentendants sont installées dans trois espaces…

2021, Joué sur Erdre, 2500 habitants, l'ancien EHPAD devient une résidence sénior

Rue du Bocage, le bâtiment de l’ancien EHPAD (Etablissement d’Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes), racheté par la commune de Joué-sur-Erdre, a changé de destination.

Les trois niveaux ont été entièrement réhabilités pour donner vie à la résidence séniors Les Glycines. Au rez-de-chaussée, cinq logements locatifs, deux salles destinées aux associations et un local commercial ont été créés. Le 1er étage a laissé place à sept logements locatifs (T1, T2 et T3). Enfin, le 2e étage accueille un pôle médical et paramédical composé de bureaux, de salles de consultations et d’un studio. La COMPA a subventionné les travaux du dernier étage au titre du fonds de concours 2018 à hauteur de 215 000 € sur un montant global de 886 400 € HT. Actuellement, quatre orthophonistes et une hypnothérapeute sont installés, plusieurs bureaux sont encore disponibles. Grâce à ce projet, la commune dispose désormais d’un nouveau lieu de vie au service de ses habitants.

2021, Xertigny, 2600 habitants, l'ancien EHPAD devient un hébergement de groupes et de séniors

Située à proximité du plan d’eau de Xertigny et non loin du centre-ville, cette friche dispose d’un réel potentiel de restructuration au sein du tissu urbain. La commune a profité de cette opportunité pour étudier les possibilités de reconversion de l’EHPAD en vue d’y accueillir des activités en lien avec le développement touristique et l’accueil à la personne.
Concrètement, l’un des trois bâtiments sera démoli pour accueillir au final 2 pôles sur la totalité du site. L’un des bâtiments sera dédié à un centre d’hébergement de groupes (nature, sportifs, étudiants, professionnels en formation…). Un autre sera aménagé pour réaliser des logements pour personnes âgées ou isolées (environ 15 à 20 logements).

2021, Amiens, 139 000 habitants, l'ancien EHPAD devient une résidence étudiante

À Amiens, l’ex-EHPAD Maurice-Fécan transformé en logements étudiants. Le chantier a été lancé au printemps. Vétuste, la maison de retraite est actuellement réhabilitée en résidence étudiante de 48 logements, qui seront gérés à la rentrée 2021 par AMSOM Habitat.

2021, Grand-Champ, 3500 habitants, l'ancien EHPAD devient un village intergénérationnel

À Grand-Champ (Morbihan), vingt-cinq pavillons pour personnes âgées ou handicapées côtoient des associations, clubs, services à la personne, un pôle espoir vélo… Une vraie vie de village qui sera inaugurée par une ministre vendredi 24 septembre 2021.

L’ancien Ehpad de Lanvaux, rue des Hortensias, à Grand-Champ, va devenir un « Village intergénérationnel ». Propriété de Bretagne Sud Habitat (BSH) jusqu’en 2016, le bâtiment a été cédé pour un euro symbolique à la commune qui a choisi de le transformer en un lieu de vie ouvert, tourné vers le social et toutes les générations. Cette nouvelle destination s’articule dans un projet global de quartier comportant un « Village seniors » de 25 pavillons adaptés aux personnes à mobilité réduite, autour d’une place de village. Quinze logements T2 et T3 sont en cours de réalisation, en partenariat avec le bailleur départemental BSH, les dix autres existant déjà. Au sein de la partie conservée de l’ancien Ehpad, la commune va également aménager un foyer pour jeunes travailleurs, avec dix logements réservés aux étudiants, alternants ou apprentis, ainsi qu’un hébergement de groupe d’une capacité de 40 couchages.

2020, Sainte-suzanne, 1300 habitants, l'ancien EHPAD devient une résidence de services

L’ancien Ehpad de Sainte-Suzanne sera transformé en résidence-services. Fermé depuis 2016, l’ancien Ehpad deviendra dans un proche avenir une résidence-services pour seniors.

L’établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) de Sainte-Suzanne-et-Chammes (Mayenne) avait été fermé en 2016, créant un certain désarroi dans la région. Une offre de reprise pour sa réhabilitation redonne espoir aux élus de revoir ce bâtiment en activité.

2020, Réalmont, 3400 ha, l'ancien EHPAD devient des appartements

La société Krysalide envisage, sous condition, d’acquérir l’ancienne maison de retraite (Ehpad : établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) et a déposé un permis de construire. Le plan prévoit 29 logements type T2 ou T3, chacun doté de balcon, terrasse, parking et ascenseur pour les étages. Antérieurement, divers projets avaient suscité commentaires et âpres discussions. En mars 2019, Habitat Humanisme s’était porté acquéreur de cet établissement fermé depuis décembre 2012 pour le transformer en centre d’accueil pour réfugiés du Moyen-Orient. Débattu lors d’une réunion publique houleuse le 15 mars 2019, ce projet avait suscité une levée de boucliers. Des opposants estimaient que le dossier avait été construit à la hâte dans l’opacité. D’autres revenaient sur la genèse de la structure qui portait le nom de René Lencou. Dans un communiqué le maire Henri Viaules signifiait que “la municipalité renonçait au projet.

2020, Romenay, 1800 habitants, l'ancien EHPAD devient un hôtel du travail

Un autre projet, et pas des moindres, serait la réhabilitation de l’ancien Ehpad (Établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) en hôtel du travail. Soit 3 000 m² de surface exploitable. Une idée novatrice qui va demander beaucoup de réflexions pour le mener à bien. L’idée serait de le scinder en trois parties. La première serait aménagée de manière à pouvoir loger des apprentis qui travaillent dans un rayon de 15 à 20 kilomètres ; un deuxième espace serait consacré au télétravail : « Comme la fibre est prévue pour l’an prochain, des bureaux permettraient de travailler sans être isolé. » ; et la troisième partie pourrait être aménagé pour accueillir des start-up.

2019, Nilvange, 4800 habitants, l'ancien EHPAD transformé en studios, appartements et crèches

Le Castel à Nilvange est en plein travaux. L’ancienne maison de retraite va être aménagée en une vingtaine de studios. L’installation d’une micro-crèche y est aussi en projet. Les éléments du bâtiment du XIXe siècle seront conservés.

Le Castel n’est pas resté vide bien longtemps. L’imposante bâtisse de la rue Joffre a hébergé jusqu’en mars 2018 un Ehpad (Établissement pour personnes âgées dépendantes) du groupe SOS. L’an dernier, les soixante résidents ont rejoint des locaux mieux adaptés au Clos Fleuri à Fameck. Mise en vente, la maison du Castel a très rapidement trouvé preneur et les travaux sont d’ores et déjà en cours pour transformer le bâtiment historique en une vingtaine de logements. L’ensemble des chambres et salles de bains existantes seront réhabilitées en studios de 17 à 40 m². Les trois premiers logements tout juste rénovés sont d’ores et déjà loués.

2018, Bénévent-l’Abbaye, 1000 habitants, l'ancien EHPAD devient un restaurant avec des logements

Dan Allen s’est lancé dans un véritable défi : celui de faire revivre l’ancien Ehpad Pélisson-Fontanier et ses quatre étages pour y accueillir touristes et pèlerins.

L’ancien Ehpad Pélisson-Fontanier vient de sortir d’un sommeil de quatre ans au cœur de son arboretum. Ses 5.000 m ² vont s’animer et abriter locaux, touristes et pèlerins. La belle bâtisse plus que centenaire se nomme maintenant « Les Remparts ». Pour l’instant, son nouveau propriétaire, Dan Allen, peaufine la décoration de la grande salle de restaurant qui sera inaugurée vendredi 29 juin, à l’occasion d’un dîner (*) animé par Mesdames Ragot et Potin.

2018, La Motte-Servolex, 11 000 habitants, l'ancien EHPAD transformé en résidence intergénérationnelle

2018, St Martin d'Ardèche, 1000 ha, l'ancien EHPAD transformé en résidence de tourisme et résidence classique

Fermé depuis le 31 décembre 2018, l’ancien Ehpad de Saint-Martin-d’Ardèche pourrait devenir un ensemble de logements. Les promoteurs et l’architecte ont un projet de 49 logements.

Ce projet-là est la bouée de sauvetage de la commune de Saint-Martin-d’Ardèche. Des promoteurs de l’entreprise Proclager, Gérard Enrique et Claude Castaillet, envisagent de réhabiliter l’ancien Ehpad pour le transformer en un ensemble de 49 appartements. « Il y aura 22 T3 qui feront entre 72 et 65 m2 , cinq T2 et 22 studios d’environ 40 m2. Nous souhaitons mixer des résidences principales et des logements de tourisme », explique Ricardo…

2018, La Fouillouse, 4 400 habitants, l'ancien EHPAD transformé en 35 logements locatifs sociaux

En septembre 2015, les résidents de l’Ehpad (établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) Pierre-Meunier, dans le centre-bourg, quittaient les lieux pour leur nouvelle résidence, La Pranière.

Le bailleur social Loire Habitat a lancé, en avril, un grand chantier de 2,5 millions d’euros pour transformer les lieux en une résidence de trente-cinq logements, du T1 au T4. Tous seront adaptables pour les personnes à mobilité réduite et bénéficieront d’espaces privatifs extérieurs : terrasse, balcon ou jardin. Des places de stationnements sont prévues.

2018, Bruges, 18 500 habitants, l'ancien EHPAD transformé en 32 logements sociaux

Depuis le 19 octobre, les résidents ont emménagé dans leur nouveau logement au sein de la résidence Les Jardins d’Aliénor, cet ancien EHPAD transformé en logements sociaux.

En 2018, 1001 Vies Habitat faisait l’acquisition de l’EHPAD de Bruges en vue de sa transformation en 32 logements locatifs sociaux. C’est chose faite ! L’ensemble immobilier a bénéficié d’une complète restructuration pour offrir une offre diversifiée de logements du T1 au T5.

Utiliser l’existant pour diversifier l’offre. La répartition des nouveaux logements a été repensée par le cabinet d’architecte B2d, de façon à répondre à la fois à l’ergonomie des logements mais aussi au système constructif existant. Au premier étage, des balcons ont été rajoutés afin d’offrir aux appartements de grandes typologies, des sorties sur l’extérieur. Les volumes ont aussi retravaillés pour apporter espace et lumière grâce à l’élaboration de loggias et la réalisation de baies complémentaires dans l’esprit de l’existant. Les résidents pourront également profiter des espaces extérieurs entièrement paysagés pour maintenir et conforter l’esprit « cité jardin » du site.

Située rue Conrad Gaussens dans un quartier pavillonnaire, la résidence sera directement reliée au centre-ville par la future ligne de tramway.

2016, Vivonne, 4 500 habitants, l'ancien EHPAD transformé en MSP, Maison de santé pluridisciplinaire

Après plus de trois ans d’ouverture, les professionnels de la santé ont souhaité faire un bilan de fonctionnement de la Maison de santé pluridisciplinaire de Vivonne, située dans l’ancien Ehpad, avec la communauté de communes des Vallées du Clain, propriétaire des locaux et liée par un crédit-bail avec la SCI Santé Viv qui réunit les professionnels de santé.

La Maison de santé pluridisciplinaire (MPS) située à Vivonne est une réussite. Elle compte aujourd’hui plus de 20 praticiens contre 14 à l’ouverture en mars 2015 et plus de 1.000 consultations hebdomadaires (lire encadré). Cette MSP a été réalisée à l’initiative des professionnels de santé de Vivonne réunis au sein de l’association Synergie APDSV.
Aujourd’hui ces professionnels se sont organisés en Société interprofessionnelle de soins ambulatoire (Sisa) dont l’objectif est de mettre à disposition des professionnels de santé un cadre fiscal et social sécurisé et de permettre un regroupement de branches différentes. Ainsi, les deux pharmacies de Vivonne et le cabinet des kinésithérapeutes ont intégré le Sisa. Ce qui permet entre autres d’améliorer le parcours soins des patients, de moderniser les infrastructures.

2016, Carcassonne, 46 000 habitants, l'ancien EHPAD transformé en hôtel 4 étoiles

15 millions d’euros pour transformer l’ancien EHPAD en hôtel 4 étoiles. Jean-Paul Schaeffer, président de Foncière Soleil Invest, a acquis l’ancien établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes pour 3,4 M€. Et veut investir trois fois cette somme pour ouvrir d’ici deux ans un hôtel « de standing ».

Ce mardi, à Carcassonne, Jean-Paul Schaeffer et Alain Guinamant ont officiellement signé la promesse de vente du centre de séjour du Pont-Vieux (CSPV). La suite logique de l’annonce, le 27 mai, par la direction du centre hospitalier de la vente du site, quitté en 2013 pour rallier le nouvel établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) des Rives d’Ode. Le 30 septembre, au plus tard, la société Foncière Soleil Invest versera comptant les 3,4 M€ dus.

We need to verify your age

Please confirm that you’re over 18 to continue the gameplay or leave the website.

YES
NO

Sur la tête !

En ce mois de novembre 2023, des milliers de panneaux signalétiques d’entrée de communes ont été retournés à l’envers partout en France. Une action des jeunes agriculteurs pour dénoncer une politique agricole qui “marche sur la tête”.

La politique agricole n’est pas la seule à tourner carré. De longue date, la politique communale et supra communale a tourné le dos aux citoyens. Une fois l’élection gagnée, les programmes sur papier glacé, les promesses et les beaux discours sont vite oubliés et font place à une tout autre réalité. Une réalité que les potentats locaux s’appliquent, au mieux, à embellir ou à travestir, au pire, à esquiver ou à dissimuler lorsqu’elle devient trop gênante. Typiquement à Saint-Lys, l’augmentation de la pression fiscale  ou la mise en carence par le préfet.

Depuis 2016, la gestion de l’équipe municipale, de son maire Serge Deuilhé accompagné de son 1er adjoint, Fabrice Planchon, est particulièrement représentative de cette déconnexion grandissante entre promesses et résultats, entre politique menée et aspirations citoyennes. En sept ans de présence à la mairie, le bilan est sévère. Oubliées les huit pages de promesses électorales. Les renoncements succèdent aux renoncements et l’avenir s’obscurcit. Là ou les communes alentours tire leur épingle du jeu à l’image de Fonsorbes, Saint-Lys stagne, voir, régresse, et cela malgré l’explosion des dépenses et des impôts.

La prochaine échéance électorale approche à grands pas, alors, modestement, je souhaite faire mienne la phrase de Rabelais “Ignorance est mère de tous les maux” et proposer avec d’autres, quelques éléments de réflexion .