À la base, apolitique, 2016 et 2020, bousculée par la soudaine candidature de Serge DEUILHÉ aux départementales 2021 sous l’étiquette Georges MERIC, 💥PS-PCF, puis par le soutien affiché lors des législatives 2022, par le maire de Saint-Lys au candidat 💥NUPES Fabien JOUVE, la liste majoritaire se retrouve tout entière inféodée, de fait, au conseil départemental et à son idéologie. Contre toute raison, les Républicains et les Renaissances ne mouftent pas. Allez savoir pourquoi ?

Placée sous influence, tiraillée par les dissensions internes, la majorité brille par son immobilisme. L’arrivée du CPAR en est une des conséquences les plus dramatique.

Vous n’avez probablement plus en tête les diverses promesses du programme qui ont conduit à la réélection de l’équipe DEUILHÉ/PLANCHON ? Un concentré de promesses électorales toutes plus alléchantes les unes que les autres, dont les axes forts, trois ans après l’élection de 2020, sont au point mort, avec notamment, la perte des bâtiments de “la joie de vivre” transformé en CPAR.

 

À l’occasion des 3 ans écoulés depuis l’investiture du 4 juillet 2020, voici un rappel de quelques promesses électorales faites par Serge DEUILHÉ ET Fabrice PLANCHON en 2020, toutes inscrites sur le programme électoral proposé aux saint-lysiens :

  • 👉 Résidence sénior à “La joie de vivre”, ❌ CPAR ADOMA
  • 👉 Maison de santé, ❌ Décrétée priorité absolue dès 2016 !
  • 👉 Nouveau PLU, ❌ Retoqué en 2022
  • 👉 Second collège, ❌ Implanté à Plaisance
  • 👉 Nouvelle zone d’activité, ❌ Sans PLU, pas de zone,
  • 👉 Revitalisation du “Bourg-centre”,
  • 👉 Espace convivial et attractif au “Café de France”, ❌ Logements
  • 👉 Nouveau cadre de vie aux ainés,
  • 👉 Salle de spectacle intercommunale,
  • 👉 Nouveau complexe sportif,
  • 👉 Tiers-lieu d’activité,
  • 👉 Musée,
  • 👉 Production maraichère,
  • 👉 Signalétique pour les commerçants,
  • 👉 Rénovation autour de la halle,
  • 👉 Accessibilité,
  • 👉 Circuits touristiques,
  • 👉 Bus express Colomiers,
  • 👉 Extension du skatepark,
  • 👉 Projets d’insertion,
  • 👉 Pacte communautaire, ❌ Étude à 25000€ pour quitter l’Agglo
  • 👉 Nouveaux espaces de dialogue,
  • 👉 Stratégie de développement globale,
  • 👉 Végétalisation des espaces publics,
  • 👉 Nouvelle zone d’activité,
  • 👉 Zone dédiées aux plateforme multi modales (vélo, covoiturage)
  • 👉 Parking à vélo,
  • 👉 Aménagement du centre ville pour les piétons et les vélos,
  • 👉 développer l’agriculture locale et les circuits courts,
  • 👉 Etc., etc.

Huit pages de programme, huit pages de poudre aux yeux.

En place depuis 2016, 2008 pour quelques uns, le maire et son équipe n’ont même pas l’excuse de l’inexpérience pour justifier un programme aussi irréaliste.

Mention spéciale à la maison de santé, déjà classée prioritaire sur le programme de 2016 et dans les programmes depuis 2008 !

Certains vont me trouver partisan. Je répondrai, ouvrez les yeux ! En effet, rien n’oblige un candidat à formuler des promesses qu’il sait irréalisables.
Messieurs DEUILHÉ et PLANCHON, zéro pointé !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

We need to verify your age

Please confirm that you’re over 18 to continue the gameplay or leave the website.

YES
NO

Sur la tête !

En ce mois de novembre 2023, des milliers de panneaux signalétiques d’entrée de communes ont été retournés à l’envers partout en France. Une action des jeunes agriculteurs pour dénoncer une politique agricole qui “marche sur la tête”.

La politique agricole n’est pas la seule à tourner carré. De longue date, la politique communale et supra communale a tourné le dos aux citoyens. Une fois l’élection gagnée, les programmes sur papier glacé, les promesses et les beaux discours sont vite oubliés et font place à une tout autre réalité. Une réalité que les potentats locaux s’appliquent, au mieux, à embellir ou à travestir, au pire, à esquiver ou à dissimuler lorsqu’elle devient trop gênante. Typiquement à Saint-Lys, l’augmentation de la pression fiscale  ou la mise en carence par le préfet.

Depuis 2016, la gestion de l’équipe municipale, de son maire Serge Deuilhé accompagné de son 1er adjoint, Fabrice Planchon, est particulièrement représentative de cette déconnexion grandissante entre promesses et résultats, entre politique menée et aspirations citoyennes. En sept ans de présence à la mairie, le bilan est sévère. Oubliées les huit pages de promesses électorales. Les renoncements succèdent aux renoncements et l’avenir s’obscurcit. Là ou les communes alentours tire leur épingle du jeu à l’image de Fonsorbes, Saint-Lys stagne, voir, régresse, et cela malgré l’explosion des dépenses et des impôts.

La prochaine échéance électorale approche à grands pas, alors, modestement, je souhaite faire mienne la phrase de Rabelais “Ignorance est mère de tous les maux” et proposer avec d’autres, quelques éléments de réflexion .