ÉGALITÉ DE TRAITEMENT AVEC NAILLOUX 2017-2023 !

Parce que des villes comme Nailloux en Haute-Garonne ont réussi avant nous à imposer un projet alternatif !

UNE RAISON POUR MANIFESTER LE 11 FÉVRIER 2023 ! S’IL EST UN CAS EXEMPLAIRE, C’EST CELUI DE LA VILLE DE NAILLOUX (31) DONT LES SIMILITUDES AVEC CELUI DE SAINT-LYS SONT ÉVIDENTES !

(Précision:, je m’exprime ici en mon nom et seulement en mon nom)

En 2016, les locaux vides d’un ancien EHPAD situés à Nailloux (31) sont choisis par CDC Habitat Adoma pour installer un CADA, centre pour migrant de 80/90 places. En 2017, le projet est abandonné au profit d’un projet alternatif, un centre pour handicapés de 40/50 places, « Le Foyer le Douyssat ». Projet entièrement financé par le département si l’on en croit la presse.

Rappelons qu’au moment des faits, Georges Méric, est président du conseil départemental de Haute-Garonne ET conseiller municipal de Nailloux, dont il fut aussi le maire pendant 25 ans de 1983 à 2008 puis simple conseiller de 2008 à 2020. Étonnant ! Non ?

Rappelons aussi que Georges Méric alors président du conseil départemental à lui même écrit le texte d’une motion adoptée à l’unanimité par le conseil municipal.

Rappelons qu’il est fort étonnant que la ville de Nailloux ait refusé un CADA dans ses murs alors que dans le même temps le conseil départemental de Mr Méric, vote de large subventions à l’association SOS Méditerranée (Ocean Viking). Solidaire mais pas à Nailloux ?

Et rappelons enfin que S. Deuilhé maire de Saint-Lys, vice président du Muretain Agglo, est aussi membre du conseil départemental de Haute-Garonne, ce même  qui vote ces subventions. 

Pourquoi le désaccord affiché en grand sur le fronton de notre mairie n’est-il pas suivi de la démission du conseiller départemental de Haute-Garonne, S. Deuilhé ?

Médiatiquement, cela aurait un poids évident et une cohérence certaine. Serait-il plus facile de placarder des affiches que de taper du poing sur la table ?

BILAN DE L’HISTOIRE, NAILLOUX HÉRITE D’UN CENTRE POUR LE HANDICAP ET SAINT-LYS D’UN CENTRE DE TRANSIT POUR OQTF.

Circulez, y’a rien à voir !

Nailloux. Trente emplois autour du handicap psychique au futur foyer l’Isableu

Le texte de l’article pour les non abonnés :

“Lundi, Georges Méric, président du conseil départemental, a visité le chantier du foyer de l’Isableu en cours d’aménagement, dans l’ancienne maison de retraite de la Thésauque, à l’entrée de Nailloux.

Dans le cadre de l’opération Cocagne, le bailleur social Cité jardins réhabilite l’ancienne maison de retraite en lieu de vie pour personnes handicapées. Émile Noyer, président, et Françoise Cadars, directrice de Cité jardins ont accueilli Georges Méric, président du conseil départemental, Lison Gleyses, maire de Nailloux, Jean Aigouy, conseiller, vice-président de l’association Après, pour une visite du chantier qui touche à sa fin. Françoise Cadars a présenté cette opération. Les travaux démarrés en mars dernier ont pris quelque retard en raison de manque de matériaux, mais la livraison est prévue en fin d’année. Après réhabilitation, cette résidence, dénommée “L’Isableu” comprendra 35 logements (18 studios et 17 chambres) et des locaux communs (Restaurant, salles d’activités…) sur une surface totale de 908 m2. À l’extérieur, 11 parkings aériens.

40 places pour les résidents

Le bâtiment pourra accueillir 40 personnes en situation de handicap psychique. Cet établissement, entièrement financé par le conseil départemental, sera géré par l’association Après (Association pour la réinsertion sociale) dont la mission est de répondre à l’exclusion et à la souffrance des personnes atteintes de troubles psychiques. “C’est une opération attendue qui s’intègre bien et réhabilite ce quartier” a précisé Georges Méric. “Elle va permettre de satisfaire de nombreuses personnes handicapées qui manquent cruellement d’un lieu d’accueil et créer une trentaine d’emplois locaux” a ajouté Jean Aigouy. Les 40 usagers qui seront accueillis auront des activités selon des modalités adaptées. Certains auront un hébergement permanent (15), d’autres partageront leur séjour entre le foyer et leur famille (15), d’autres encore seront accueillis de manière temporaire (5) pour s’offrir ou offrir un répit à leur famille, pour découvrir un mode d’hébergement ou bien pour utiliser l’établissement comme étape de réadaptation en vue de travailler à l’ESAT, 5 autres seront accueillis en journée.

L’achèvement du chantier est prévu pour mi-décembre et la mise en gestion le 15 janvier.”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Add Your Heading Text Here

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo. 

We need to verify your age

Please confirm that you’re over 18 to continue the gameplay or leave the website.

YES
NO

Sur la tête !

En ce mois de novembre 2023, des milliers de panneaux signalétiques d’entrée de communes ont été retournés à l’envers partout en France. Une action des jeunes agriculteurs pour dénoncer une politique agricole qui “marche sur la tête”.

La politique agricole n’est pas la seule à tourner carré. De longue date, la politique communale et supra communale a tourné le dos aux citoyens. Une fois l’élection gagnée, les programmes sur papier glacé, les promesses et les beaux discours sont vite oubliés et font place à une tout autre réalité. Une réalité que les potentats locaux s’appliquent, au mieux, à embellir ou à travestir, au pire, à esquiver ou à dissimuler lorsqu’elle devient trop gênante. Typiquement à Saint-Lys, l’augmentation de la pression fiscale  ou la mise en carence par le préfet.

Depuis 2016, la gestion de l’équipe municipale, de son maire Serge Deuilhé accompagné de son 1er adjoint, Fabrice Planchon, est particulièrement représentative de cette déconnexion grandissante entre promesses et résultats, entre politique menée et aspirations citoyennes. En sept ans de présence à la mairie, le bilan est sévère. Oubliées les huit pages de promesses électorales. Les renoncements succèdent aux renoncements et l’avenir s’obscurcit. Là ou les communes alentours tire leur épingle du jeu à l’image de Fonsorbes, Saint-Lys stagne, voir, régresse, et cela malgré l’explosion des dépenses et des impôts.

La prochaine échéance électorale approche à grands pas, alors, modestement, je souhaite faire mienne la phrase de Rabelais “Ignorance est mère de tous les maux” et proposer avec d’autres, quelques éléments de réflexion .