Extrait du documentaire “J’ai pas voté”, le cumul des mandats et ses conséquences

LE DOCUMENTAIRE “J’AI PAS VOTÉ”, LE CUMUL DE MANDAT

Un extrait du documentaire “J’ai pas voté” produit en 2014, traite des différentes causes de l’abstention et de la défiance des électeurs vis-à-vis des hommes politiques. Le cumul des mandats est avancé comme l’une des raisons expliquant la progression de ces deux phénomènes liés.
Les politiques, en cumulant plusieurs mandats, deviennent des “professionnels”, pas dans le sens noble du terme, mais dans le sens où ils tirent leurs revenus exclusivement de la politique. Avec comme seul objectif, la réélection.

En 2021, Serge Deuilhé devient conseiller départemental, cumulant ainsi un 3éme mandat en plus de maire et vice-président du Muretain Agglo. Il obtient 8 176 voix sur les 36 807 inscrits que compte le canton de Plaisance du Touch, soit péniblement 22% ! L’abstention est le véritable vainqueur avec 70%.

A Saint-Lys le score est encore plus dramatique avec seulement 18% ! L’abstention est élu avec un score proche des 74%.

Au second tour des élections municipales 2020, le résultat est dans la même veine. Serge Deuilhé est élu avec seulement 18,5% des inscrits, pendant que Nicolas Rey-Bethbeder mobilise 13.5% et Laurent Pomery 8.5%.
L’abstention arrive en tête avec plus de 40%. La présence de 3 listes aura tout de même incité les saint-lysiens à se déplacer.

Quelle est la légitimité de tout ceci ?

En complément

J’AI PAS VOTÉ – FILM COMPLET -STFR-ENG – 46 mn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

We need to verify your age

Please confirm that you’re over 18 to continue the gameplay or leave the website.

YES
NO

Sur la tête !

En ce mois de novembre 2023, des milliers de panneaux signalétiques d’entrée de communes ont été retournés à l’envers partout en France. Une action des jeunes agriculteurs pour dénoncer une politique agricole qui “marche sur la tête”.

La politique agricole n’est pas la seule à tourner carré. De longue date, la politique communale et supra communale a tourné le dos aux citoyens. Une fois l’élection gagnée, les programmes sur papier glacé, les promesses et les beaux discours sont vite oubliés et font place à une tout autre réalité. Une réalité que les potentats locaux s’appliquent, au mieux, à embellir ou à travestir, au pire, à esquiver ou à dissimuler lorsqu’elle devient trop gênante. Typiquement à Saint-Lys, l’augmentation de la pression fiscale  ou la mise en carence par le préfet.

Depuis 2016, la gestion de l’équipe municipale, de son maire Serge Deuilhé accompagné de son 1er adjoint, Fabrice Planchon, est particulièrement représentative de cette déconnexion grandissante entre promesses et résultats, entre politique menée et aspirations citoyennes. En sept ans de présence à la mairie, le bilan est sévère. Oubliées les huit pages de promesses électorales. Les renoncements succèdent aux renoncements et l’avenir s’obscurcit. Là ou les communes alentours tire leur épingle du jeu à l’image de Fonsorbes, Saint-Lys stagne, voir, régresse, et cela malgré l’explosion des dépenses et des impôts.

La prochaine échéance électorale approche à grands pas, alors, modestement, je souhaite faire mienne la phrase de Rabelais “Ignorance est mère de tous les maux” et proposer avec d’autres, quelques éléments de réflexion .