Saint-lys – Une 4ème conseillère démissionne après seulement 4 mois

Mme Céline Dumont, estimée colistière, nommée lors du conseil municipal du 16 novembre 2020 suite aux démissions de Mme Chloé Solatges, le 03 novembre 2020, et de Mme Nelly Vidal, le 10 novembre 2020, démissionne à son tour de son poste de conseillère municipale.

A peine 4 mois après sa mise en place, Céline m’informe qu’elle jette l’éponge.

Saint-lys perd une conseillère municipale de qualité, enthousiaste, débordante d’énergie et de gentillesse. Ingénieur aéronautique, bardée de diplôme, nous perdons aussi une intelligence, une force de travail et d’organisation dont la commune aurait eu bien besoin dans le marasme actuel.

Cela porte à quatre le nombre de colistiers de la liste « Saint-lys Ensemble » ayant quitté précocement la majorité de Serge Deuilhé. Cette démission témoigne de l’impossibilité de travailler dans la majorité actuelle. J’invite toutes celles et ceux n’étant pas au courant des dissensions à la mairie à lire l’article « Pourquoi j’ai quitté la majorité ».

Un grave manque de leadership et de cohérence politique

Au point actuel ou Serge Deuilhé a emmené la majorité en si peu de temps, après quatre démissions, il n’est plus possible de parler de « problèmes d’Ego » entre personnes mais bien de méthode de gouvernance et de cohérence politique. A ce stade, il n’est plus possible de cacher la poussière sous le tapis en faisant porter la responsabilité aux démissionnaires. Nous sommes devant un grave manque de leadership qui mine l’équipe en place jour après jour.

Le problème n’est pas nouveau. Cathie Louit s’en était ouverte pendant la campagne : « Une absence de ligne politique claire, identifiée et partagée ». Que voulez-vous, un technocrate reste un technocrate !

Une situation qui va encore évoluer défavorablement. Selon mes informations, le risque de voir de nouvelles démissions dans les mois prochains est bien réel. Certains conseillers continuent de s’interroger sur la dérive autoritaire et les départs en cascade que cela provoque. Oubliée, l’euphorie postélectorale, ne reste que le fiasco en cours. Qu’il est difficile de voir son nom associé publiquement à un tel gâchis. L’indemnité mensuelle versée aux conseillers municipaux ne devrait pas suffire à compenser.

Un autre facteur de division concerne les positions arbitraires du maire sur certains dossiers comme celui de l’eau ou celui du budget du Muretain Agglo. Je rappelle que l’opposition a dû batailler pendant six mois pour obtenir un débat sur la fourniture d’eau potable soit par le Siect soit par le Sage. Je vous invite à relire les articles de Serge Deuilhé dans la dépêche traitant l’opposition d’irresponsable. Dans l’intérêt des saint-lysiens, nous avons été obligés de demander officiellement un débat en conseil municipal comme le CGCT l’autorise.

La « méthode Deuilhé » tente de s’exporter

Par ailleurs, je vous invite à lire l’article « Budget difficile au Muretain Agglo » de Nicolas Rey-Bèthbéder. Vous y apprendrez que le 30 mars 2021 Serge Deuilhé, Cathy Louit et Jean François Sutra, les élus de la majorité Saint-lysienne ont voté contre le budget du Muretain Agglo prenant, en toute connaissance de cause, le risque de placer l’agglo sous tutelle du préfet, une situation ingérable, équivalente à celle que Saint-lys a connu en 2016. Une situation rarissime en France qui s’est soldée par des élections anticipées en septembre 2016. Une prise de position d’autant plus étonnante que Serge Deuilhé est aujourd’hui vice-président du Muretain agglo et participe à ce titre à l’élaboration du dit budget.

Un minimum d’honnêteté intellectuelle aurait voulu que Serge Deuilhé démissionne de son poste de vice-président !

Rappelons tout de même qu’en 2016, Serge Deuilhé, alors 1° adjoint de Jacques Tene, avait mené la fronde contre celui-ci, déjà en compagnie de Cathy Louit et de Jean François Sutra, provoquant en ne votant pas le budget, l’implosion de la majorité de l’époque et la tenue de nouvelles élections ! 2016 ce n’est pas si loin et rien n’a changé dans les comportements. Je vous invite à relire les Comptes rendus de l’époque et particulièrement celui du conseil municipal du 8 avril 2016 qui a vu le budget refusé et la mise sous tutelle de la commune par le préfet.

Le cul entre deux chaises !

Cette évocation peu poétique concerne la position des 7 conseillers LR (républicains) et des 5 conseillers LREM de la majorité en place. Liste apolitique ? Pas tant que ça… L’union de la « liste Deuilhé » repose sur le postulat suivant : « Une liste diverse, indépendante de tout parti politique ». En prêtant allégeance à Georges Méric, Serge Deuilhé renie ses engagements envers ses colistiers. Il rompt le fragile équilibre de l’édifice. Franchement, certains ont beaucoup de mal à encaisser le coup bas.

Rappelons que pour monter sa liste aux élections municipales, Serge Deuilhé a bénéficié du soutien de la REM par un apport conséquent de marcheurs dans sa liste et avec la bénédiction de la députée, Monique Iborra. Sans ce qui s’est avéré être un double jeu, il est fort probable que les marcheurs ne se seraient pas engagés avec lui. En ralliant Georges Méric, il tourne le dos à ses précédents engagements. Surprenant ? Je ne le crois pas.

Les membres encartés de la majorité ou sympathisants, LR et LREM, se retrouvent sans qu’on leur ai demandé leur avis, à soutenir Serge Deuilhé face à leur propre parti, face aux candidats LR, Thérèse Monfraix/Pascal Daram et LREM, Anita Perreu/Pierre Bogart !

Leur silence actuel en dit long sur le malaise engendré. J’y reviendrai prochainement.

Les électeurs de ces deux partis doivent regarder tout cela avec beaucoup de défiance et de désespérance. Nul doute qu’ils sauront s’en souvenir le jour de l’élection prochaine et les suivantes. Je pense tout spécialement aux deux membres LR qui ont des ambitions politiques affichées, l’un municipales et l’autre départementales. Les gars, c’est plus la peine, c’est mort ! On ne vous oubliera pas !

Peut-on imaginer situation plus ingérable ?

Le mot de la fin

Malheureusement pour Saint-Lys, le constat est rude. Ou que l’on regarde, la discorde n’est jamais bien loin. Saint-Lys, Muret, mêmes causes, mêmes effets, mêmes résultats ! Une évidence s’impose, un capitaine incapable de tenir son équipe est indigne de sa charge.

La candidature de Serge Deuilhé aux départementales, après avoir été le déclencheur de la crise, ressemble de plus en plus à une fuite en avant. Une opportunité de quitter le navire avant qu’il ne coule.

1 réflexion au sujet de « Saint-lys – Une 4ème conseillère démissionne après seulement 4 mois »

  1. Souhaitons qu’après cette longue diatribe justifiée, certains membres du conseil municipal pointés du doigt feront le seul choix qui s’impose à eux : marquer solennellement leur honnêteté politique et leurs engagements électoraux dans le respect de la parole donnée aux St-Lysiennes et aux St-Lysiens.

    Répondre

Laisser un commentaire

Send this to a friend